Avril: Médecins et humanitaires en zones de combat

Prions pour les médecins et humanitaires présents dans les zones de combat qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Pape François – Avril 2019

La présence des médecins, des infirmiers et du personnel de santé dans des zones dévastées par les conflits, est un signe d’espérance.
Ce sont des personnes sages, courageuses, bonnes, qui, en suivant leur vocation, travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses.
Prions pour les médecins et humanitaires présents dans les zones de combat qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Credits

Pope’s Worldwide Prayer Network

Campaign title:

The Pope Video – April 2019: Doctors and their Collaborators in War-Torn Areas.

Idea and project coordination:

La Machi

Creative agency:

La Machi

Pope Francis shooting:

Centro Televisivo Vaticano

Production house:

Adhoc

Sound mixing & music:

Índigo Music Design

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Pape François demande de prier pour les médecins et leurs collaborateurs en zones de guerre

Dans La Vidéo du Pape d’avril, le Saint-Père salue le travail des médecins et du personnel humanitaire présents en zones de conflits qui risquent leur vie pour sauver la vie des autres.

(Cité du Vatican, 4 avril 2019) – Dans La Vidéo du Pape du mois d’avril, François demande aux catholiques de prier pour les médecins, les infirmiers, le personnel de santé et les humanitaires présents dans les zones de guerre. Il affirme aussi que la présence de ces professionnels dans des territoires en conflit est un signe d’espérance pour beaucoup parce qu’ils « risquent leur vie pour sauver celle des autres » et qu’ils manifestent humanité et miséricorde au cœur des guerres.

Comme le disait le saint Pape Paul VI lors de la célébration de la XIe Journée mondiale de la paix (1978) : les médecins « sont des personnes savantes, courageuses et bonnes qui ont fait de la science et de l’art de soigner leur vocation et leur profession ».

Et en 2016, le Pape François ajoutait, dans un discours à des médecins espagnols et latino-américains en visite au Vatican: l’engagement des médecins « ne se fonde pas seulement sur la science et sur la compétence technique, mais aussi et surtout sur son attitude pleine de compassion et miséricordieuse envers ceux qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit. La compassion est, dans un certain sens, l’âme même de la médecine. La compassion, ce n’est pas éprouver de la peine, mais souffrir-avec ».

Il y a actuellement dans le monde plus de 20 conflits armés dont, selon l’UNHCR, 7 ont causé un grand nombre de victimes et de populations déplacées : Yémen, Irak, Syrie, Soudan du Sud, Somalie, Afghanistan, et Ukraine, en plus de la République démocratique du Congo et du Centrafrique qui sont en conflit constant depuis des années. Différentes organisations humanitaires déplorent que dans les guerres d’aujourd’hui, les hôpitaux et les centres de santé ne peuvent plus être considérés comme un lieu sûr, parce qu’ils sont régulièrement bombardés comme des objectifs de guerre, contrairement à ce qu’exige le doit humanitaire.

Le père Frédéric Fornos, Directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape (qui comprend le Mouvement Eucharistique des Jeunes) rappelle que dans les conflits armés, ce sont les civils les principales victimes, « c’est pourquoi le personnel de santé en zones de guerre est essentiel : ils sauvent des vies et ils soulagent la souffrance dans des conditions dangereuses ». Ils sont souvent attaqués, contrairement aux exigences du droit humanitaire international. « Souvenons-nous de ces hommes et de ces femmes qui offrent leur vie pour en sauver d’autres. Comme le dit le Pape François dans Gaudete et Exsultate [5], « offrir sa vie pour les autres est également un chemin de sainteté ». Le Pape François l’a aussi expliqué lors de sa rencontre avec la Croix Rouge italienne (27 janvier 2018): «Le Bon Samaritain ne soumet pas l’homme blessé à aucun examen préalable, il ne le juge pas et ne subordonne pas son secours à des prérogatives morales, ni même religieuses.

Médecins, Personnel soignant, Personnel humanitaire, Zones de guerre

adminAvril: Médecins et humanitaires en zones de combat